EDUCATION : QUELQUES PISTES

Internet est entré à l’école, si ce n’est encore par les enseignants, du moins par les élèves.
Il ne sera bientôt plus possible de penser l’école sans l’Internet, qu’on s’en réjouisse ou s’en désole.

Je ne vais plus dissocier l’école de tous les nouveaux outils qui s’y bouscule.
Mais il ne faudra pas oublier le cri d’alarme de Pierre Rabhi, fustigeant une "école hors sol" à l’instar de certaines dérives de la production agricole. Sa fille, Sophie Rabhi, occupera une belle place dans mes réflexions, aux côtés de l’Education nouvelle ou des école Steiner.

D’autre part, je suis interpellé par les témoignages d’enseignants, d’éducateurs, qui sonnent l’alarme, une alarme quia longtemps résonné dans le vide, parce qu’elle s’adressait à un monde adulte passablement ignorant devant le phénomène internet. Mais c’est en train de changer. Si un grand nombre d’enfants navigue encore à l’aveuglette, sans guide, sans pilote, et font parfois des expériences traumatisantes, de plus en plus d’enseignants et de parents s’informent et agissent.

Je me propose de repenser l’organisation de ma rubrique "Education", et pour commencer de la dissocier d’une rubrique "Formation".