LARCENCIEL - site de Michel Simonis
Slogan du site

"To do hay qui ver con todo" (tout a à voir avec tout) Parole amérindienne.
Comprendre le présent et penser l’avenir. Cerner les différentes dimensions de l’écologie, au coeur des grandes questions qui vont changer notre vie. Donner des clés d’analyse d’une crise à la fois environnementale, sociale, économique et spirituelle, Débusquer des pistes d’avenir, des Traces du futur, pour un monde à réinventer. Et aussi L’Education nouvelle, parce que Penser pour demain commence à l’école et présenter le Mandala comme outil de recentrage, de créativité et de croissance, car c’est aussi un fondement pour un monde multi-culturel et solidaire.

Michel Simonis

logo article ou rubrique
L’avenir de l’éolien en Belgique
L’éolien "pourrait" décoller... Aie, aie...
Article mis en ligne le 21 janvier 2013
dernière modification le 24 juillet 2013
logo imprimer

Une étude publiée ce jour par EDORA (Voir le post-scriptum) quantifie l’impact socio-économique présent et futur de l’éolien en Belgique.

18.12.2012

Impact socio-économique de l’éolien en Belgique

Extraits du rapport

De 2007 à 2011, la contribution du secteur éolien au PIB belge a augmenté de 69%.
- L’emploi du secteur a cru de 74% en 4 ans et a généré plus de 6.200 emplois belges liés à l’éolien en 2011.
- Le secteur contribue ainsi à l’enrichissement économique du pays. En 2030, il pourrait peser jusqu’à 3 milliards d’euros et employer 16.000 personnes en Belgique.

Le bureau d’étude Deloitte a réalisé une analyse macroéconomique fine de l’impact du secteur éolien belge sur l’économie de notre pays .
Le développement éolien a suivi cette dernière décennie une courbe quasi exponentielle et couvre plus de 3% de la consommation électrique du pays. _ En 2020, près de 15% de notre électricité pourrait provenir de sources éoliennes suivant les objectifs politiques fixés.

Emplois générés : 6.225 emplois directs et indirects en croissance de 74% depuis 2007.
Coûts évités : Le secteur a permis d’éviter l’utilisation de 111,6 millions d’euros de combustibles et de 11,7 millions d’euros d’émission de CO2

Les projections en 2020 et 2030 sont prometteuses :
- En 2020, la contribution du secteur éolien belge au PIB est évaluée entre 1,4 et 1,9 milliards d’euros et pourrait compter jusque 10.409 emplois directs et indirects en Belgique.
- En 2030, la contribution du secteur éolien belge au PIB pourrait atteindre de 2,1 à 2,9 milliards d’euros et employer jusqu’à 16.069 emplois directs et indirects en Belgique.

Ces indicateurs économiques montrent que le secteur éolien belge constitue un des moteurs de la relance économique du pays. La croissance annuelle de sa contribution au PIB belge a en effet été, depuis 2007, systématiquement supérieure à la croissance annuelle du PIB lui-même.
La croissance de l’emploi du secteur éolien belge depuis 2007 (74%) est très nettement supérieure à la croissance de l’emploi en Belgique qui n’a augmenté que de 3,7% sur la même période.

LIRE tout l’article...
http://www.edora.be/


Un bémol toutefois.
Un rapport plus récent d’EDORA (15 janvier 2013) précise :

En 2012, l’installation éolienne en recul en Wallonie...

L’installation éolienne wallonne subit de plein fouet les conséquences des tergiversations du gouvernement wallon dans l’élaboration de la nouvelle politique éolienne.

La croissance de l’installation éolienne en Wallonie a subi un net ralentissement avec seulement 15 nouveaux mats érigés en 2012 et avoisine les 6% alors que le secteur a suivi une croissance de plus de 20% en Flandres. Seuls 34,4MW éoliens wallons ont été nouvellement installés en 2012. Une installation annuelle trois à cinq fois moins importante qu’en 2010 et 2011.

Sur l’année 2012, 82 nouvelles éoliennes représentant près de 300MW ont été érigées en Belgique. La puissance totale du parc éolien belge est désormais de 1.375 MW. Les éoliennes belges fournissent ainsi annuellement l’équivalent électrique de la consommation de plus de 800.000 foyers.

Cette tendance va à contre-courant du développement soutenu qu’a connu la Wallonie depuis de plusieurs années et de la croissance du secteur en Europe, en Flandres, et au large de nos côtes.

La Wallonie tourne-t-elle le dos à la création d’emplois ?

LIRE la suite sur le site d’Edora...

P.S. :

EDORA est la fédération des producteurs d’énergies renouvelables. Sa mission est de défendre les intérêts des acteurs économiques actifs dans le secteur, à Bruxelles et en Wallonie. Elle assure la représentation économique et politique du secteur au niveau régional, fédéral, européen et local.
Créée en 2003, EDORA regroupe les producteurs d’électricité et/ou de chaleur de sources renouvelables, mais aussi des bureaux d’étude, des fabricants, des ensembliers, des installateurs, des tiers-investisseurs, des associations et centres de recherche.
En termes de représentativité, EDORA couvre plus de 90 % de la production d’électricité et de chaleur de sources renouvelables en Wallonie et à Bruxelles.
EDORA regroupe les entreprises actives dans les filières renouvelables suivantes : éolien, biomasse (biométhanisation, chaleur et/ou électricité), solaire photovoltaïque et solaire thermique, hydroélectricité.

http://www.edora.be/