Moxie Marlinspike à Tchernobyl
Article mis en ligne le 16 janvier 2021

"Même dans l’obscurité, il est immédiatement clair que la forêt a repris la zone de Tchernobyl, et la forêt est vivante. C’est une symphonie réverbérante d’oiseaux, de grenouilles, de grillons, de cigales - et même de loups hurlant au loin."

Compte-rendu sur la situation dans la zone de Tchernobyl

En traversant subrepticement la rivière Uzh à 2 heures du matin, alors que la pleine lune commence à se coucher à l’horizon, la première chose qui vous frappe dans la zone d’exclusion de Tchernobyl, c’est le bruit qu’elle fait. À deux heures à peine de Kiev, tous les bruits de la civilisation disparaissent, et seuls nos dosimètres de radiation restent à l’abri du vent.

Mais en pénétrant dans la zone de l’autre côté du fleuve, ce n’est pas le silence qui nous attend. Même dans l’obscurité, il est immédiatement clair que la forêt a repris la zone de Tchernobyl, et la forêt est vivante. C’est une symphonie réverbérante d’oiseaux, de grenouilles, de grillons, de cigales - et même de loups hurlant au loin. Naviguant avec hésitation sur ces premiers kilomètres, nous nous sommes déplacés aussi silencieusement et agilement que possible, en admiration devant les bruits de la vie et l’étendue des arbres éclairés par la lune autour de nous.

Et puis, avec le choc d’un son qui ne nous appartient pas, "WHAM" - une bouteille d’eau de 6 litres est tombée de l’arrière du vélo de Geoff, explosant lorsqu’elle a touché le sol.

Nous avions décidé, tous les trois, d’essayer d’explorer la zone à bicyclette. Même après 30 ans et un effort de restauration intensif de 10 ans, c’est un paysage contaminé. Il est dangereux de consommer quoi que ce soit provenant de la zone, car il pourrait contenir du Strontium-90, que votre corps peut confondre avec du calcium et absorber dans vos os, ce qui pourrait provoquer un cancer des os. Nous devions donc emporter toute la nourriture et l’eau dont nous aurions besoin pour la durée de notre voyage. Faire de la randonnée avec de la nourriture n’est pas si mal, mais de l’eau ?

Nous avons envisagé un certain nombre d’options. Pouvions-nous simplement la transporter ? Non, nous aurions besoin d’au moins 5 gallons chacun, ce qui signifie 180 livres pour nous trois. Il était impossible de faire 80 kilomètres avec ça. Peut-être un diable, ou un chariot ? Nous avons fini par nous installer sur des vélos, en pensant que même si le terrain ne nous permettait pas toujours de rouler, nous pourrions au moins les pousser avec l’eau attachée.

En 10 minutes, nous avions perdu 6 litres. Nous avons passé un certain temps à tout sécuriser, tous soucieux d’éviter une situation où nous devrions faire un choix entre la déshydratation et la consommation d’eau radioactive.

Notre destination immédiate était la ville de Pripyat. Lorsque la centrale nucléaire V.I. Lenin a été construite, la grande ville la plus proche était Tchernobyl (à 14 km), c’est ainsi que les gens en sont venus à parler de la centrale. Mais une nouvelle ville de 50 000 habitants, appelée Pripyat, a été construite en même temps que la centrale pour abriter les travailleurs et servir de modèle utopique pour le développement futur de l’Union soviétique. Cette ville fantôme a été notre première destination.

Nous ne savions pas exactement à quoi nous attendre pour le voyage, ni si cela allait fonctionner. Nous avions des images satellite de Google Maps, une idée approximative de l’emplacement des postes de contrôle militaires et une boussole à 5 dollars. En fin de compte, le plus simple était de suivre les anciennes lignes électriques.

Il y avait 40 km entre la limite de la zone et Pripyat, et nous voulions y être avant 7 heures du matin, ce qui est le moment où nous avons supposé que la sécurité deviendrait un problème plus important. Nous avons passé la nuit sur la pointe des pieds à contourner les barbelés, à traverser en silence les postes de contrôle endormis et à rouler frénétiquement dans l’obscurité grâce à des chiens de garde étonnamment alertes et vigilants.

Mais surtout, nous nous sommes laissés emporter par la beauté et l’émerveillement de notre environnement. En regardant un énorme mâle avec des bois imposants traverser le crépuscule devant nous, nous avions plutôt l’impression d’être dans un coin reculé de l’Alaska, mais superposé aux marteaux rouillés et aux faucilles des infrastructures soviétiques oubliées.

Le trajet a été beaucoup plus long et beaucoup plus difficile que ce à quoi nous nous attendions. Le soleil s’est levé à 4 heures du matin, et nous avons continué à rouler jusqu’au petit matin, en poussant pour atteindre Pripyat à l’heure. Une ou deux fois, nous avons envisagé de nous abriter dans les petits villages abandonnés que nous avions rencontrés afin d’attendre la fin de la journée, mais les niveaux de radiation étaient toujours trop élevés dans les structures que nous avons trouvées. Nous avons donc continué à rouler, passant devant de vieilles gares de triage, des monuments communistes oubliés et des machines rouillées. Lorsque nous nous sommes finalement retrouvés en ville, l’absence de transition était surréaliste. Alors que nous roulions dans la forêt, prêts à garder un rythme soutenu après une nuit de voyage, nous avons soudain pris conscience qu’il y avait déjà des immeubles d’habitation de sept étages qui se dressaient tout autour de nous, juste derrière les premières rangées d’arbres. Bloc après bloc après bloc d’immeubles géants impondérables, tous se dressant silencieusement dans les bois environnants.

Épuisés, nous avons choisi un immeuble au hasard et sommes entrés. Notre première idée était de camper sur le toit, mais les radiations à la surface du toit étaient supérieures à 50 μSv/h, alors nous avons déménagé dans l’appartement n°23 à la place. Le rayonnement n’y était que de 0,08 μSv/heure (en fait, il était inférieur à celui de notre appartement en Californie). Les anciens occupants devaient avoir leurs fenêtres fermées au moment de l’explosion. Nous nous sommes effondrés et avons dormi la plus grande partie de la journée.

Lorsque le réacteur n°4 a explosé, il y a eu une grande confusion initiale sur l’ampleur de l’accident. Pour un certain nombre de raisons, il a fallu 36 heures complètes avant que les autorités ne réalisent que quatre jours à Pripyat entraîneraient une dose mortelle pour ses occupants, et n’ordonnent finalement l’évacuation. Les résidents ont eu deux heures pour faire leurs bagages et monter dans un bus. La plupart avaient l’impression qu’ils reviendraient dans les 3 ou 4 jours, mais ils n’ont jamais été autorisés à revenir.

En regardant les journaux et les livres éparpillés dans l’appartement n°23, les valises faites à l’endroit où elles ont été laissées, les épingles à linge toujours posées sur les mêmes cordes à linge où elles devaient être il y a 33 ans, on peut sentir la brutalité de la fin de la ville. Ce n’était pas une ville fantôme qui a lentement disparu au fil des décennies jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne, c’était une ville densément construite de 50 000 habitants où tout le monde est parti au même moment et où personne n’est jamais revenu.

Notre séjour à Pripyat a été très vif. Nous devions nous cacher et nous déplacer prudemment pendant la journée, mais la nuit ! La nuit était à nous. Nous nous sommes promenés sur les toits, sur les places de la ville et dans autant de bâtiments que possible - chacun d’entre eux étant plus beau que le précédent.

Nous avons trouvé le stade, qui souligne l’ambiance de l’endroit tout entier : là où les tribunes vides qui s’effritent doivent donner sur le terrain, il n’y a que de la forêt. Debout dans les gradins, en écoutant l’ouverture municipale de Pripyat avec le chant retentissant des oiseaux, la seule chose que nous pouvions faire était de regarder les arbres et de nous demander "combien de temps avant que New York ne ressemble à ça ?

Commentaire de la photo sur instagram :
Le soleil se couche sur la grande roue du "parc de la culture" de Pripyat, dont l’ouverture est prévue pour la première fois le 1er mai 1986. Le réacteur a explosé cinq jours avant que cela n’arrive.

Commentaire de la photo sur instagram :
Sur le mur : "Fort. Courageux. Agile.
"

Plus de six cent mille personnes ont été directement impliquées dans la gestion des conséquences de l’explosion de Tchernobyl. Les premiers jours ont été remplis de sacrifices incroyables. Immédiatement après l’accident, l’une des premières priorités était d’éteindre le matériel nucléaire en feu qui envoyait un nuage de vapeur radioactif dans le ciel. Sans moyen d’approcher directement le réacteur, ils ont effectué des sorties en hélicoptère au-dessus de celui-ci avec des équipes à l’intérieur qui ont jeté des sacs de sable par les portes et dans le cratère, le remplissant lentement. Lorsque le sable a commencé à fondre, ils ont fait la même chose avec le plomb. Certains pilotes ont effectué jusqu’à 33 sorties dans le nuage de vapeur, et six cents pilotes d’hélicoptère ont été tués par les radiations.

Lorsque ce matériau a commencé à couver vers le bas à travers le plancher de la chambre, il a menacé d’entrer en contact avec une grande quantité d’eau qui s’y était accumulée suite aux premières tentatives des pompiers pour l’éteindre avec des tuyaux. Cela aurait déclenché une seconde réaction qui aurait été l’équivalent d’une explosion de 5 mégatonnes. Elle aurait rasé Kiev et Minsk, et aurait éjecté les matières nucléaires des trois autres réacteurs de Tchernobyl avec une force qui aurait rendu une grande partie de l’Europe inhabitable pendant des centaines d’années. Avec seulement quelques jours pour l’arrêter, Alexei Ananenko, Valeri Bezpalov et Boris Baranov se sont rendus dans les ruines de la centrale, faisant sciemment face à une mort presque certaine à cause de ce niveau d’exposition aux radiations, pour ouvrir des valves qui draineraient 5 millions de gallons d’eau.

Lorsque le même magma radioactif a menacé de fondre à travers le socle de béton situé en dessous et de se retrouver dans la nappe phréatique pour 50 millions de personnes, les mineurs ont creusé à la main un tunnel de 150 mètres de long à 12 pieds sous terre pour l’arrêter.

Lorsque les pompiers de la première nuit, avant de comprendre qu’il ne s’agissait pas d’un simple incendie, se sont présentés à l’hôpital, malades et souffrant de brûlures par irradiation, le personnel médical sur place savait qu’ils devaient être gravement contaminés, mais ils sont restés et les ont traités quand même, s’exposant potentiellement au même sort.

Chaque interview que j’ai vue ou récit que j’ai lu des personnes impliquées, dont la plupart sont mortes en quelques semaines ou ont souffert de problèmes de santé tout au long de leur vie, a un thème commun : aucun regret, le sentiment presque universel "Il fallait le faire". Qui pourrait le faire à ma place ?

Le nouveau confinement sûr, également appelé "l’objet". Sa construction a coûté 1,8 milliard de dollars, son entretien 60 millions de dollars par an et il est prévu pour 100 ans. Les coûts financiers de l’accident semblent ne jamais se terminer.

Il y a tellement de choses à Pripyat qu’au moment où nous avons dû partir, nous avions probablement exploré moins de 1% de la ville. Nous sommes partis sur la même route que les habitants il y a 33 ans. En traversant la zone sous la pleine lune, nous nous arrêtions parfois pour regarder les bois et les champs autour de nous, seuls au milieu de cette immense étendue apparente. L’expérience est pleine de tensions. C’est si beau et si paisible qu’on a vraiment l’impression d’être au paradis, mais c’est un paradis dont on ne peut pas profiter. Vous devez faire attention à l’endroit où vous vous asseyez, à ce que vous mangez, à la façon dont vous le mangez, à ce que vous touchez ; ce qui est - ironiquement - la raison de son existence. La raison pour laquelle il est si beau et si paisible est précisément parce que nous ne pouvons pas le consommer. Comme, peut-être, tous les vrais paradis partout.

Lorsque nous avons finalement quitté la zone et que nous sommes rentrés à Kiev, j’ai été largement frappé par la normalité de la situation - il n’y a presque aucun signe que l’apocalypse ne soit qu’à deux heures d’ici. Aucun signe physique, en fait. Autour de la ville, il y a des statues d’anciens princes, des monuments religieux, un mémorial pour les vétérans de la guerre d’Afghanistan. Sur les billets de la monnaie, les visages des princes du 10ème siècle, des politiciens, des poètes et des écrivains.

Qu’en est-il des pilotes d’hélicoptères qui se sont suicidés pour éteindre l’incendie le plus toxique de l’histoire ? Qu’en est-il des gens qui se sont sciemment sacrifiés pour arrêter une réaction qui aurait détruit la plus grande partie de l’Europe ? Qui étaient les mineurs qui ont creusé le tunnel dans un sol radioactif pour sauver l’approvisionnement en eau de 50 millions de personnes ? Ils n’ont pas de monuments publics, nous ne connaissons pas leurs visages, leurs noms ne sont pas gravés sur les bâtiments qui sont encore debout grâce à eux.

Je ne connais pas tous leurs noms, mais je pense à eux ici, dans cet endroit, parmi les vivants.

VOIR LE TEXTE ORIGINAL
- sur Instagram
- dans mes "pearltrees"

Voir aussi mon article ICI.