LARCENCIEL - site de Michel Simonis
Slogan du site

"To do hay qui ver con todo" (tout a à voir avec tout) Parole amérindienne.
Comprendre le présent et penser l’avenir. Cerner les différentes dimensions de l’écologie, au coeur des grandes questions qui vont changer notre vie. Donner des clés d’analyse d’une crise à la fois environnementale, sociale, économique et spirituelle, Débusquer des pistes d’avenir, des Traces du futur, pour un monde à réinventer. Et aussi L’Education nouvelle, parce que Penser pour demain commence à l’école et présenter le Mandala comme outil de recentrage, de créativité et de croissance, car c’est aussi un fondement pour un monde multi-culturel et solidaire.

Michel Simonis

L’Avis de l’écrivain égyptienne Nawal el Saadaoui
"Le harcèlement sexuel est lié au capitalisme partriarcal"
Article mis en ligne le 23 juillet 2013
dernière modification le 4 novembre 2013
logo imprimer

L’écrivain égyptienne Nawal el Saadaoui revient aussi sur la seconde révolution.

Une semaine après l’éviction du président Mohamed Morsi, elle était de passage à Bruxelles à l’invitation du Conseil des femmes francophones. Elle s’en revenait du World Justice Forum à La Haye. L’occasion de revenir sur la "seconde révolution" qui vient juste de libérer l’Egypte du joug islamiste en cours d’installation, et sur le harcèlement et les violences sexuels observés en marge des manifestations en Egypte. Florilège.

Vincent Braun, LLB, 12 juillet 2013

Nawal el Saadaoui est ce que l’on appelle une conscience. Une conscience doublée d’une militante. Médecin psychiatre et écrivain, cette Egyptienne de 81 ans est considérée comme l’une des pionnières du féminisme dans le monde arabe contemporain. Socialiste convaincue et révolutionnaire dans l’âme, elle a fondé en 1982 l’Association arabe pour la solidarité des femmes, qui sera interdite dès 1991.
Ses œuvres, des romans, des nouvelles, des pièces de théâtre, abordent depuis plus de cinquante ans la situation des femmes égyptiennes en mêlant fiction et données réelles. Ses cibles favorites sont les tabous de son pays que sont la sexualité, l’oppression des femmes, mais aussi les islamistes et le système capitaliste patriarcal.

Une semaine après l’éviction du président Mohamed Morsi, elle était de passage à Bruxelles à l’invitation du Conseil des femmes francophones. Elle s’en revenait du World Justice Forum à La Haye. L’occasion de revenir sur la "seconde révolution" qui vient juste de libérer l’Egypte du joug islamiste en cours d’installation, et sur le harcèlement et les violences sexuels observés en marge des manifestations en Egypte. Florilège.

1- La religion et la loi. - 2- Les Etats-Unis. - 3- Les élections. - 4- La démocratie.- 5- La révolution. - 6- La constitution. - 7- L’aide américaine. - 8- Les violences sexuelles.

P.S. :

Human Rights Watch dénonce la "culture d’impunité" qui règne et regrette le "désintérêt du gouvernement" à l’égard de cette "épidémie de violence sexuelle".
91 : c’est le nombre d’agressions commises en 4 jours en Egypte depuis la reprise des manifestations contre le président Morsi. Un chiffre inquiétant rapporté le 3 juillet par l’ONG Human Rights Watch sur la base d’informations recueillies par des associations locales luttant contre ce phénomène, devenu récurrent en marge des manifestations en Egypte.

LIRE LA SUITE >>