LARCENCIEL - site de Michel Simonis
Slogan du site

"To do hay qui ver con todo" (tout a à voir avec tout) Parole amérindienne.
Comprendre le présent et penser l’avenir. Cerner les différentes dimensions de l’écologie, au coeur des grandes questions qui vont changer notre vie. Donner des clés d’analyse d’une crise à la fois environnementale, sociale, économique et spirituelle, Débusquer des pistes d’avenir, des Traces du futur, pour un monde à réinventer. Et aussi L’Education nouvelle, parce que Penser pour demain commence à l’école et présenter le Mandala comme outil de recentrage, de créativité et de croissance, car c’est aussi un fondement pour un monde multi-culturel et solidaire.

Michel Simonis

Nuances et contrepoint
”L’islam traverse une grande tragédie” (Rachid Benzine)
Article mis en ligne le 8 août 2018
dernière modification le 9 août 2018
logo imprimer

Extraits d’un entretien de Vincent Braun avec l’islamologue Rachid Benzine paru dans La Libre Belgique le 16 janvier 2015 (au lendemain des attentats islamistes en France)

Il est important de sortir d’un double déni. Le déni de la société française, qui a une explication culturelle ou religieuse à ces attentats et qui refuse de se poser la question de ce qu’elle a raté au cours de ces trente ou quarante dernières années. Le déni des musulmans qui disent que cela n’a rien à voir avec l’islam. Ceux qui disent cela sont dans le déni. Cette violence a aussi à voir avec l’islam, comme certaines violences commises au nom du christianisme ont aussi à voir avec lui. Cette violence a donc à voir avec une certaine lecture [de l’islam] qui se répand depuis une quarantaine d’années et qui est en lien à la fois avec le wahhabisme saoudien et l’idéologie des Frères musulmans. Rester dans ce déni empêche ce travail de distance critique nécessaire à l’intérieur de l’islam et ne va pas aider les musulmans.

Cela cause cette tragédie de l’islam dont vous parlez ?

Rachid Benzine

L’islam traverse une grande tragédie. Cette tragédie est marquée par un déficit d’instances d’autorité qui seraient capables de régler les conflits d’interprétation. Et aussi par un déficit d’histoire concernant les origines de l’islam. A cause de ce déficit d’histoire, on raconte des histoires et on fait des histoires. Aujourd’hui, sur Internet, les gens n’ont accès qu’à des bribes de textes, à une représentation idéalisée du prophète de l’islam, qui a mis deux siècles pour se construire. A partir de cela, ils bricolent une identité religieuse, supposée islamique, qui remonterait aux premiers temps de l’islam. Et ce qui est enseigné dans les mosquées c’est [l’équivalent du] catéchisme catholique des années 50, c’est-à-dire une histoire sainte, sacrée, sans aucun travail historique ni anthropologique.

Sans ce travail, il n’est pas possible d’avoir autre chose qu’une représentation figée des choses ?

Non. Et c’est au nom d’une représentation figée considérée comme une vérité absolue que l’on peut tuer les gens. C’est au nom d’une caricature que l’on peut tuer les gens. Au nom d’une insulte.
Ce qui est frappant, c’est que dans le Coran, le prophète est insulté. Dans la sourate 108, verset 3, le Coran dit explicitement : “Celui qui t’insulte, c’est lui le châtré”. Muhammad, n’ayant pas de descendant mâle, est traité par un de ses adversaires comme un châtré. Un homme castré. Incapable d’avoir des enfants mâles. C’est la pire insulte dans cette société du VIIe siècle, car si vous n’avez pas de descendance mâle, vous n’existez pas. Le Coran ne fait pas acte de violence contre celui qui l’a insulté. Il lui répond par le discours.

La violence est-elle inscrite dans l’islam ?

Dans tous les textes religieux, on trouve des discours violents. C’est en fonction des contextes que vous les activez ou non. Mais il ne faut pas confondre la violence du discours et le passage à l’acte. La violence du discours dans les textes religieux reflète très souvent l’incapacité de passer à l’acte. Plus le discours est violent, plus il traduit l’incapacité sociologique de passer à l’acte. Le discours a un effet de compensation. Il est dans le virtuel. Et ce qui est dans le virtuel, compréhensible pour les gens de l’époque, va devenir absolu pour un certain nombre de jeunes gens qui n’ont pas les outils critiques pour pouvoir lire ces textes.

Cela signifie que certains vont utiliser les textes comme prétexte...

Bien sûr. Ces gens ont une idéologie et vous pouvez trouver tout et n’importe quoi dans les textes religieux pour la justifier. Si vous voulez justifier l’islam de paix ou si vous voulez faire la guerre à tout le monde, vous allez pouvoir trouver cela dans les textes. Mais c’est une lecture d’aujourd’hui.

Propos recueillis par Vincent Braun
LLB, 16 janvier 2015


Rachid Benzine se bat depuis des années pour un renouveau de la pensée musulmane, pour un « Islam des Lumières » qui s’interroge sur lui-même en phase avec le monde moderne. Il dialogue avec des penseurs d’autres religions comme avec les philosophes, citant Paul Ricoeur, Emmanuel Levinas, René Girard.

Depuis plusieurs années, il est fréquemment en Belgique. Il y a donné un cycle de conférences au KVS sur « Expliquer le Coran aux Bruxellois », il y a formé des enseignants à aborder ces questions. Ses bouleversantes « Lettres à Nour », jouées jusqu’à Avignon sont un échange épistolaire entre un père intellectuel libéral et musulman et sa fille partie rejoindre Daesh en Syrie.

Il vient de publier « Des mille et une façons d’être juif ou musulman », co-écrit avec Delphine Horvilleur, une Rabbin.