Bandeau
LARCENCIEL - site de Michel Simonis
Slogan du site

"To do hay qui ver con todo" (tout a à voir avec tout) Parole amérindienne.
Comprendre le présent et penser l’avenir. Cerner les différentes dimensions de l’écologie, au coeur des grandes questions qui vont changer notre vie. Donner des clés d’analyse d’une crise à la fois environnementale, sociale, économique et spirituelle, Débusquer des pistes d’avenir, des Traces du futur, pour un monde à réinventer. Et aussi L’Education nouvelle, parce que Penser pour demain commence à l’école et présenter le Mandala comme outil de recentrage, de créativité et de croissance, car c’est aussi un fondement pour un monde multi-culturel et solidaire.

Michel Simonis

Malek Chebel : « Nous sommes dans la confusion totale sur les religions »
Article mis en ligne le 16 janvier 2015
logo imprimer

L’auteur, spécialiste de l’islam, en appelle au dialogue et au sursaut citoyen face à l’horreur et lance un cri d’alerte aux dirigeants politiques afin d’engager un travail sur la place des religions.

ENTRETIEN RÉALISÉ PAR PIERRE CHAILLAN
VENDREDI, 9 JANVIER, 2015
L’HUMANITÉ


Photo : Baltel/Sipa

Comment réagissez-vous à l’actualité tragique de ces dernières heures ??

Malek Chebel Je tiens d’abord à exprimer ma compassion aux familles face à la douleur et condamne tout acte horrible et inhumain accompli par des individus qui n’ont pas de règles et pas de lois, et qu’ils ne confèrent à personne qu’à Dieu. Après ce premier niveau émotionnel, il faut faire l’analyse d’une situation complexe. Nous vivons une déréglementation des mœurs et des valeurs en Orient et en Occident. La raison n’est plus beaucoup écoutée. Je suis terrifié que des individus puissent tuer d’autres personnes alors que le Coran interdit la mort de civils et d’innocents.

Que pensez-vous de l’appel aux musulmans à prendre clairement position face à ces actes terroristes exécutés au nom de la religion ??

Malek Chebel Depuis de nombreuses années, avec quelques-uns, nous demandons aux musulmans de clarifier leur position par rapport au fondamentalisme religieux et à l’intégrisme de bandes de criminels très minoritaires en islam, qui sont d’ailleurs réprouvés par le Coran et la morale islamique. D’un autre côté, il faut faire attention à ne pas jouer avec l’émotion des gens. Il y a un milliard huit cents millions de musulmans qui se sentent insultés quand il y a des caricatures trop agressives. Pour un musulman, c’est choquant. Évidemment, en aucun cas la mort ne doit en être la conséquence. Il faut dialoguer. Les autorités françaises ne prennent pas suffisamment la mesure du danger de l’idéologie salafiste et intégriste. Ils veulent régler les problèmes par le biais de la sécurité alors qu’il faut prendre le taureau par les cornes. Il faut travailler en amont en mettant en place une plate-forme de réflexion et d’éducation, d’anticipation des crises et de détection des personnes qui passent à l’acte. On le dit à chaque drame, il faut rémunérer sur les deniers publics des personnalités pour réfléchir sur la place des religions dans l’espace public. Par exemple, il est anormal de faire sortir un imam de sa mosquée alors qu’il n’a pas vocation à aller prêcher sur la place publique. Laissons les imams dans les mosquées et donnons aux politiques le rôle régalien et magistral de gérer la collectivité d’une manière neutre et souveraine. De nombreux repères ont sauté. L’imam investit le champ politique et le politique joue au religieux. C’est quelque chose de dérangeant.

Vous parlez d’une plate-forme mais, au regard de la situation d’urgence, des risques de divisions et face à ceux qui multiplient les amalgames et mettent de l’huile sur le feu, comment élargir le sursaut citoyen et prendre les décisions politiques à la hauteur ??

Malek Chebel Je propose l’organisation d’une grande table ronde ouverte afin de définir le rôle exact des religions dans le cadre de la laïcité et de la République. Il ne faut pas flancher et être juste. Quand les valeurs sont attaquées, il faut le dire. Les responsables politiques doivent prendre conscience que la religion et les sensibilités sont aussi une masse influente importante. Je ne suis pas du tout religieux. Je suis un spécialiste de l’islam, une personne modérée et laïque. À ce titre, je mets en garde. On s’occupe beaucoup de l’économie avec des organismes et des experts qui anticipent les crises. Il existe des autorités censées réguler ce système. On s’occupe de la guerre. En revanche, on donne l’impression que la religion représente une valeur neutre ou nulle qui n’agit pas sur les consciences des gens. Tous ces crimes qui se commettent au nom de Dieu illustrent pourtant à mon sens que nous n’avons pas pris la mesure du danger à nous laisser dicter notre marche à suivre par les religieux. Depuis le 11 ?septembre 2001, tout le logiciel collectif est géré par les fondamentalistes. On a eu la burqa, le voile, la viande halal, etc. Ce ne pas normal d’être victime de cet agenda. Il faut faire jouer la carte citoyenne, entendre les femmes et ce que disent les jeunes dans les banlieues. Il faut revenir à la raison, refaire de la politique, rétablir le dialogue, écouter les associations, les syndicats, les partis politiques, les corps intermédiaires. Il est temps de retisser le lien social. La Fête de l’Humanité pourrait, par exemple, organiser un débat sur la place de la religion dans la cité postmoderne. Nous sommes dans la confusion totale sur les religions et cela dans un postmodernisme où une société privée comme Google possède l’équivalent des richesses de trois pays. Les choses ont changé d’échelle et de nature. On ne peut plus se laisser conduire par les forces de l’argent. C’est une honte pour les gens conscients, les libres-penseurs et les humanistes.

Êtes-vous confiant ?? Comment la société peut-elle trouver des réponses ??

Malek Chebel Je suis confiant dans l’avenir en général. Mais, dans l’immédiat, le camp humaniste, tolérant, ouvert et respectueux des valeurs des uns et des autres, nous ne pouvons pas laisser des tueurs nous diviser et semer la haine. Nous sommes face à un drame avec douze morts. Un seul mort serait de trop. Mais tout ce travail de mise en lumière de perspectives, de rencontres fraternelles n’est pas perdu. Tous ensemble, citoyens, y compris les musulmans, il faut être solidaires de la nation française face à cette horreur absolue. Il s’agit de défendre l’islam lui-même ?! Parce que tout ça, c’est mettre l’islam sur le banc des accusés en permanence. En réalité, il s’agit de quelques individus, des brebis galeuses. À long terme, je ne pense pas que cela puisse diviser les Français. Mais on voit avec la montée de Le Pen et des idées racistes que le travail souterrain est quand même là. Je crains que, dans le laisser-aller et dans le vide, il n’y ait des groupes de pression obscurantistes qui se réclament du Front national ou autres et qu’ils ne prennent la place des humanistes que nous sommes. C’est le danger ?! Il faut donc tous être solidaires contre la barbarie islamiste et contre les criminels.

Malek Chebel, auteur de l’Inconscient de l’islam(éd. CNRS)

http://www.humanite.fr/malek-chebel-nous-sommes-dans-la-confusion-totale-sur-les-religions-562235

Voir aussi dans l’Arc-en-ciel"La jeunesse doit-elle être Charlie ?" et "J’suis pas Charlie, mais j’suis pas con"

P.S. :

Note
Alain Crevier a aussi rencontré des musulmans qui se dissociaient de la démarche de la Grande Mosquée de Paris, dont le journaliste Mohamed Sifaoui, qui avait témoigné en faveur de Charlie Hebdo, le chanteur Rachid Taha, qui se réclame d’un Islam ouvert sur la modernité, tout comme l’anthropologue Malek Chebel, auteur de L’Islam des lumières. Pour ceux-là, l’islamisme radical ne trouve pas ses sources dans le Coran mais dans l’instrumentalisation politique de la religion. Recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, émet des propos dans le même sens tout en tentant de défendre la poursuite contre l’hebdomadaire satirique.

http://www.tvqc.com/2015/01/cest-dur-detre-aime-par-des-cons-charlie-hebdo-vs-lislam-radio-canada/




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31
Hébergeur : OVH