Bandeau
LARCENCIEL - site de Michel Simonis
Slogan du site

"To do hay qui ver con todo" (tout a à voir avec tout) Parole amérindienne.
Comprendre le présent et penser l’avenir. Cerner les différentes dimensions de l’écologie, au coeur des grandes questions qui vont changer notre vie. Donner des clés d’analyse d’une crise à la fois environnementale, sociale, économique et spirituelle, Débusquer des pistes d’avenir, des Traces du futur, pour un monde à réinventer. Et aussi L’Education nouvelle, parce que Penser pour demain commence à l’école et présenter le Mandala comme outil de recentrage, de créativité et de croissance, car c’est aussi un fondement pour un monde multi-culturel et solidaire.

Michel Simonis

logo article ou rubrique
A Boussu,
 l’école qui réconcilie avec l’école
Article mis en ligne le 10 avril 2019
dernière modification le 19 août 2017

"Cette machine, nous l’avons réalisée pour participer au Crazy Machine Challenge qui a eu lieu à Mons le 26 mars", racontent Ricardo, Caël et Quentin, trois élèves de première et deuxième différenciée de l’Institut Technique et Commercial des Aumôniers du Travail de Boussu, dans la province du Hainaut.

Le Manneken Pis est à sec. Ses rouages semblent grippés. Pour la première fois depuis des décennies, le voilà comme paralysé, inerte devant une foule de touristes étonnés. À Bruxelles, journalistes, policiers, détectives sont à pied d’œuvre. Même une école du Hainaut, en visite dans la capitale, participe à une enquête inédite. De la tour RTBF à l’Atomium, en passant par la Grand-Place et la Monnaie, toutes les pistes sont suivies avant que ne soit enfin découvert le coupable : la ville de Bruxelles elle-même, qui bouleverse ses canalisations pour amener de la bière jusqu’au Manneken Pis, plutôt que l’eau minérale de toujours.

Cette fiction ne provient ni d’un livre ni d’un film. C’est une ingénieuse machine de 18 mètres cubes qui la met en scène. Une machine faite de ressorts, d’engrenages, d’aimants et de poulies, d’un Atomium en papier mâché et d’une effigie du Manneken Pis peinte aux couleurs nationales. Imaginée et réalisée par quarante élèves âgés de 12 à 15 ans, elle déclenche pendant plusieurs minutes une réaction en chaîne à l’aide de billes et de savants rouages. Elle permet d’envoyer un hélicoptère survoler une ville de Bruxelles miniature, de provoquer plusieurs illuminations et de pousser un chariot pour que soit offert un verre de bière, fraîchement servi par le Manneken Pis lui-même, ainsi qu’une soucoupe de cacahuètes pour accompagner la « pintje ».

Un dossier de La Libre

qrcode:https://larcenciel.be/a-boussu-l-ecole-qui-reconcilie-avec-l-ecole