Une triple identité
Article mis en ligne le 5 septembre 2020

Les identités multiples : au coeur de plusieurs problématiques actuelles.

Olivia Venet [1] : une triple identité

Dans un discours prononcé il y a quelques années, elle évoquait sa triple identité (femme, juive, Bruxelloise). Pourquoi tant parler d’identité ? Ne sont-elles pas "meurtrières", comme le disait Amin Maalouf ? "Dans les dossiers de terrorisme islamiste que j’ai traités, il m’a paru que c’était la blessure identitaire qui les amenait à devenir radicaux. Je pense qu’aujourd’hui il y a beaucoup de blessures identitaires récupérées par des personnes mal intentionnées pour créer des exclusions, des nationalismes, des racismes, du terrorisme, de la violence et qui conduisent à dire : nous sommes autrement que vous, contre vous. Si on arrive à absorber nos identités et à les vivre de manière libre, alors on peut être en communion avec les autres et ne plus être possédés par nos identités."

Concernant son identité de femme, elle écrivait ceci : "Le déterminisme biologique sur la base d’un chromosome est indigne d’une société libre." Elle commente cette affirmation : "Dans tout être humain, il y a une part de femme et d’homme. On aurait moins de problèmes de genre si nous acceptions tous notre part de femme et d’homme. Depuis que j’ai écrit ce texte, beaucoup de choses ont changé, notamment grâce à MeToo. Mais il y a une vraie discrimination à l’égard des femmes au niveau des lieux de pouvoir.

Interview Francis Van de Woestyne, La Libre, 16 août 2020

Voir l’interview complet