Bandeau
LARCENCIEL - site de Michel Simonis
Slogan du site

"To do hay qui ver con todo" (tout a à voir avec tout) Parole amérindienne.
Comprendre le présent et penser l’avenir. Cerner les différentes dimensions de l’écologie, au coeur des grandes questions qui vont changer notre vie. Donner des clés d’analyse d’une crise à la fois environnementale, sociale, économique et spirituelle, Débusquer des pistes d’avenir, des Traces du futur, pour un monde à réinventer. Et aussi L’Education nouvelle, parce que Penser pour demain commence à l’école et présenter le Mandala comme outil de recentrage, de créativité et de croissance, car c’est aussi un fondement pour un monde multi-culturel et solidaire.

Michel Simonis

La question du voile

"L"important, a dit Khaled Bentounès lors de la rencontre soufie de Mostaghanem (Algérie), ce n’est pas le voile qu’on a sur la tête, mais les voiles qu’on a dans la tête."

La Belgique s’est lancée dans les "Assises de l’interculturalité". Voilà qu’il est plus que temps de prendre à bras le corps (social) l’épineuse question du foulard ou du voile à l’école, dans l’administration, dans les services publics et même au Parlement. Question empoisonnée par la présence de ville de quelques Burqa, de quoi envenimer les principes de tolérance et d’accueil des autres cultures qui font l’assise de nos sociétés européennes.
Interdire ou pas interdire ?
Je me pose moi-même des questions qui touchent à mon histoire. J’ai été à l’école maternelle dans une école "du charbonnage" avec - doux mélange des genres - des religieuses, "voilées" comme il se devait à l’époque) ; j’ai vécu trois années en Algérie juste après l’indépendance, à laquelle les femmes algériennes ont grandement contribué, en acquérant, par la même occasion, une certaine émancipation, dans les villes au moins ; j’ai intensément vécu les événements Dutroux et consort, la marche blanche et été, comme beaucoup de belges, profondément touché par la jeune Nabela Benaïssa, adolescente sous le voile. Des questions qui touchent aussi à mon éthique et à ma sensibilité - difficile de garder la tête froide... en lisant certaines invectives, les positions extrêmes des uns et des autres et cela me donne envie de renvoyer dos à dos les "laïcistes" purs et durs et les islamistes.
Voilà donc que je suis touché par des articles qui approchent la question avec sensibilité, humanisme et intelligence. Qui clarifient et apaisent.

Avant d’aller plus loin, prendre un peu de recul : on ne peut, sans se fourvoyer, isoler la question du voile de son contexte plus général. J’aime bien à ce propos le petit texte de Marc Jacquemin, professeur à l’ULG, que j’ai repris dans mes "Coups de coeur".

- Je partage d’abord une belle approche d’un enseignant qui s’enquiert de ce que pensent les jeunes filles elle-mêmes - il est rare de trouver quelqu’un qui s’en soucie et qui considère que la question leur appartient, à elle en tout premier lieu. Voir
- Et puis il y a cette belle synthèse d’Edouard Delruelle, Professeur de philosophie morale, politique et juridique à l’Université de Liège, qui est aussi directeur francophone du Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme.
Je vous en communique deux interviews réalisées par Annick Hovine. Voir
- Et puis, il y a cet article lumineux d’une gynécologue confrontée aux demandes de "certificats de virginité" (on croit rêver !), et qui éclaire ces questions d’une éthique tout en délicatesse. (compte rendu d’une conférence de Françoise Kruyen, paru dans "Secouez-vous les idées" du Cesep) Voir

Les articles de cette rubrique


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.52
Hébergeur : OVH