Bandeau
LARCENCIEL - site de Michel Simonis
Slogan du site

"To do hay qui ver con todo" (tout a à voir avec tout) Parole amérindienne.
Comprendre le présent et penser l’avenir. Cerner les différentes dimensions de l’écologie, au coeur des grandes questions qui vont changer notre vie. Donner des clés d’analyse d’une crise à la fois environnementale, sociale, économique et spirituelle, Débusquer des pistes d’avenir, des Traces du futur, pour un monde à réinventer. Et aussi L’Education nouvelle, parce que Penser pour demain commence à l’école et présenter le Mandala comme outil de recentrage, de créativité et de croissance, car c’est aussi un fondement pour un monde multi-culturel et solidaire.

Michel Simonis

L’ONU attend la Palestine
Article mis en ligne le 12 septembre 2011
dernière modification le 28 septembre 2012
logo imprimer

Septembre 2011.
Très bientôt, les Palestiniens vont présenter leur demande d’adhésion au Conseil de Sécurité de l’ONU.
Je vous propose un petit dossier à ce propos, que je mets sur mon Blog "l’arc-en-ciel-Palestine". [1]

Introduction

Quatre articles tout récents, et un article d’il y a tout juste un an, où "Dans un discours essentiellement consacré au Proche-Orient, le Président Obama a plaidé pour l’admission d’un Etat palestinien indépendant l’an prochain."
Que de chemin parcouru, en marche arrière, depuis un an ! Ceci dit, ce discours reste, à mon sens, remarquable.

1. 3/9/2011 : Pour se faire une idée

Renée-Anne Gutter
LLB. Mis en ligne le 03/09/2011

Palestiniens et Israéliens testent leurs arguments diplomatiques. Ce week-end, Yves Leterme écoutera les deux parties à la cause.

Le 20 septembre, Mahmoud Abbas va soumettre au nom de l’OLP une requête à deux volets : que les Nations unies reconnaissent une Palestine souveraine dans les frontières d’avant l’invasion israélienne de juin 1967, c’est-à-dire sur toute la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est, avec celle-ci pour capitale ; et qu’elles adoptent cette Palestine comme membre à part entière.

L’Autorité palestinienne et le gouvernement israélien fourbissent chacun leurs armes diplomatiques, respectivement pour et contre la reconnaissance unilatérale par l’Onu d’un Etat palestinien indépendant.

Pour ce qui est du volet adhésion, M. Abbas ne se fait pas d’illusions. Cette adhésion doit être validée au préalable par le Conseil de sécurité. Or là, les Etats-Unis comptent user de leur véto pour y mettre le holà.

Les Palestiniens envisagent donc trois alternatives.
Soit, mobiliser un maximum de votes en leur faveur au Conseil de Sécurité, notamment de ses membres permanents européens, de façon à y isoler la délégation américaine et à délégitimer son véto.
Soit, demander la hausse de leur statut onusien, qui est actuellement d’"observateur", à celui d’"Etat non membre".
Soit, uniquement briguer la reconnaissance de leur indépendance étatique par l’Assemblée générale.

Les deux dernières alternatives ne nécessitent pas le blanc-seing du Conseil de Sécurité. Mais dans ce cas, la reconnaissance de la Palestine demeurera essentiellement déclaratoire. Elle octroiera toutefois aux Palestiniens une tribune et un poids diplomatique incontournables. Or là, c’est Benjamin Netanyahou qui se sait battu d’avance. (Voir la suite sur le Blog...)

Lire l’article entier sur le site de LLB.

2. 3/9/2011 : Hypothèses, intentions, scénarios, réactions, menaces, conséquences

Renée-Anne Gutter, de Jérusalem. LLB. Mis en ligne le 03/09/2011

Le gouvernement israélien ne dévoile pas ses intentions mais a déjà élaboré des scénarios.

La reconnaissance par l’Onu d’une Palestine souveraine est aux yeux du gouvernement israélien "une menace grave" qui "ne restera pas sans réponse" . Benjamin Netanyahou refuse pour l’heure de révéler ses intentions. Mais certains scénarios sont déjà évoqués, tous de mauvais augure pour les Palestiniens.
Dans l’hypothèse probable que les Palestiniens n’obtiennent pas la pleine adhésion à l’Onu, la reconnaissance de leur Etat par l’Assemblée générale restera virtuelle et n’instaurera pas automatiquement leur souveraineté sur le terrain.

(suite...)

Lire l’article entiersur le site de LLB.

3. 6/9/2011 : Mahmoud Abbas : "Délégitimer l’occupation"

Renée-Anne Gutter
LLB. Mis en ligne le 06/09/2011

Mahmoud Abbas a publiquement clarifié ses intentions. Il entend reprendre les négociations avec Israël quoi qu’il obtienne à l’Onu.

Pour Mahmoud Abbas, la demande de reconnaissance onusienne d’une Palestine souveraine "ne vise pas à isoler ou délégitimer Israël, mais à délégitimer son occupation des territoires palestiniens" . "Et quoique nous obtenions à l’Onu , souligne le raïs palestinien, nous reprendrons ensuite les négociations avec Israël pour régler les dossiers de l’accord final, ainsi que le sort des Palestiniens prisonniers en Israël."
Pour la première fois, en effet, M. Abbas a publiquement clarifié ses intentions au sujet de la demande d’adhésion de la Palestine aux Nations unies, fournissant ainsi des indications sur la formulation de la résolution que les Palestiniens présenteront dans quinze jours à l’Onu. (Lire la suite sur le Blog)

Lire l’article entier sur le site de LLB.

4. 6/9/2011 : La Belgique serait "anti-israélienne"

LLB. Mis en ligne le 06/09/2011

L’Etat belge dénoncé par une association israélienne pour avoir financé des ONG.

Ou comment l’extrême droite israélienne accuse des pays européens d’accorder prétendument des subsides "aux ennemis d’Israël" qui critiquent ouvertement les méfaits de la colonisation et les violations quotidiennes aux droits élémentaires des Palestiniens.
Pointés du doigt dans le rapport, les organisations Yesh Din, Shatil, Combattants pour la Paix, le Comités public contre la torture en Israël, le Forum familial du cercle des parents, le Centre Peres pour la paix, et Peace Now, des ONG israélienne qui militent pour la paix.

Le ministère belge des Affaires étrangères s’était déjà expliqué auprès du Jérusalem Post. Michel Malherbe, son porte-parole, joint par téléphone a encore tenu à clarifier la position adoptée par la Belgique en la matière : "Nous finançons non pas des organisations, mais des projets spécifiques d’organisations qui sont soigneusement examinés à l’avance et qui répondent à des attentes humanitaires." Il rajoute que "ces projets sont choisis dans un cadre négocié et s’attache à examiner la qualité et la transparence des actions entreprises. Le respect des droits humains est un critère" . Ce financement s’inscrit dans le cadre d’un plan de prévention des conflits.
Lire l’article entier sur le site de LLB.

M.K. (st.)

Lire l’article entiersur le site de LLB.

Et, il y a un an, le 24 septembre 2010 : _" L’Onu attend la Palestine"

Philippe Paquet
Envoyé spécial à New York

http://www.lalibre.be/actu/international/article/612019/l-onu-attend-la-palestine.html
Mis en ligne le 24/09/2010

• Dans un discours essentiellement consacré au Proche-Orient, Obama a plaidé jeudi pour l’admission d’un Etat palestinien indépendant l’an prochain.
• Un engagement personnel qui pèsera sur ses chances de réélection en 2012.

Barack Obama a donné rendez-vous avec l’Histoire jeudi, devant l’Assemblée générale des Nations unies, en formant le vœu que l’Onu puisse accueillir, l’an prochain, un nouveau membre : "un Etat de Palestine indépendant". Si l’occasion n’est pas saisie maintenant, alors que de laborieuses négociations sous le patronage des Etats-Unis viennent de reprendre entre Israéliens et Palestiniens, a-t-il prévenu, le risque sera grand de devoir attendre que passe une génération pour ramener la paix au Proche-Orient. (...)
"Les cyniques disent que les deux parties sont trop méfiantes l’une envers l’autre et que les divisions intestines sont trop grandes dans chaque camp pour qu’on puisse forger une paix durable", a admis Barack Obama. Il n’en a pas moins exhorté les protagonistes à puiser dans les traditions de tolérance des "trois religions qui considèrent le sol de Jérusalem comme sacré" (le judaïsme, le christianisme et l’islam) pour qu’enfin les choses progressent. Car, à défaut d’accord, "les Palestiniens ne connaîtront jamais la fierté et la dignité que confère un Etat". Et "les Israéliens ne connaîtront jamais la certitude et la sécurité que vous donnent des voisins souverains et stables qui se sont engagés à vivre ensemble". "Le sang continuera de couler", a averti le Président. "La Terre sainte demeurera le symbole de nos différences, plutôt que celui de notre commune humanité."
(...)

(Lire la suite [sur mon Blog L’arc en ciel -Palestine>http://laecmsim1.blogspot.com/2011/09/il-y-un-lonu-attend-la-palestine-b.html])

ou sur le site de La Libre Belgique

Notes :

[1Trois de ces articles sont de Renée-Anne Gutter, journaliste à La Libre Belgique. J’apprécie Renée-Anne Gutter pour son ouverture d’esprit, son objectivité, sa probité. Que ce soit pour l’Afrique (je me souviens d’articles remarquables et prémonitoires sur le Rwanda) ou pour le Proche-Orient, je la crois tout-à-fait digne de confiance. Qu’elle en soit ici remerciée.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.52
Hébergeur : OVH