Bandeau
LARCENCIEL - site de Michel Simonis
Slogan du site

"To do hay qui ver con todo" (tout a à voir avec tout) Parole amérindienne.
Comprendre le présent et penser l’avenir. Cerner les différentes dimensions de l’écologie, au coeur des grandes questions qui vont changer notre vie. Donner des clés d’analyse d’une crise à la fois environnementale, sociale, économique et spirituelle, Débusquer des pistes d’avenir, des Traces du futur, pour un monde à réinventer. Et aussi L’Education nouvelle, parce que Penser pour demain commence à l’école et présenter le Mandala comme outil de recentrage, de créativité et de croissance, car c’est aussi un fondement pour un monde multi-culturel et solidaire.

Michel Simonis

Familles d’aujourd’hui, familles de demain
L’approche d’Abou Adhami
Article mis en ligne le 13 octobre 2010
logo imprimer

Pourquoi les ados brûlent les écoles ?

l’approche d’Abou Adhami, psychologue et psychothérapeute, qui vient de faire une remarquable intervention à Namur sur le thème "Enveloppe famille adresse : postmodernité" (le 13 octobre 2010).

Voici deux extraits d’un article paru dans le Ligueur

"L’école est le dernier rempart de la société, le seul endroit de confrontation obligatoire des adolescents aux adultes où, dans un rapport d’autorité, l’adulte ’certifie’ l’accès du jeune au monde du travail et des adultes, analyse Aboude Adhami. Car ce n’est plus ni la famille, ni la société, ni l’armée, ni la religion qui attestent de cette entrée dans le monde adulte. L’école est le dernier lieu contenant cet ersatz de rite d’initiation. Et l’école n’est pas au courant. L’école fonctionne encore comme si elle avait autour d’elle un réseau social qui contenait avec elle les adolescents, or ce n’est pas le cas : elle est seule dans ce rapport de force avec eux." ?Dans le désaveu de l’école par les jeunes, intervient aussi le rapport à la technologie et à la modernité. "Les adultes sont dépassés, note encore Aboude Adhami. Par rapport aux moyens d’accès au savoir et à l’information, l’école est tout à fait archaïque. Il y a une crise entre l’attente des jeunes, drillés à trouver sur un clic, et l’enseignement qui leur demande de s’asseoir huit heures par jour sur une chaise, avec des professeurs qui parlent de choses qui ne les intéressent pas toujours. Cela n’existe plus nulle part ailleurs, dans la société, ce type d’apprentissage. L’école n’est pas au rendez-vous de la modernité, et ce n’est pas en mettant des ordinateurs dans les classes qu’elle y arrivera."

L’accrochage scolaire reste important, il y a un enjeu éducatif et d’avenir aussi. (...) Prendre le temps d’écouter et de traduire. Un jeune qui n’en veut pas, à quoi résiste-t-il ? À quoi dans sa famille ? À quoi en lui-même ? Qu’essaie-t-il de dire vraiment ?"

Lire tout l’article




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31
Hébergeur : OVH