Bandeau
LARCENCIEL - site de Michel Simonis
Slogan du site

"To do hay qui ver con todo" (tout a à voir avec tout) Parole amérindienne.
Comprendre le présent et penser l’avenir. Cerner les différentes dimensions de l’écologie, au coeur des grandes questions qui vont changer notre vie. Donner des clés d’analyse d’une crise à la fois environnementale, sociale, économique et spirituelle, Débusquer des pistes d’avenir, des Traces du futur, pour un monde à réinventer. Et aussi L’Education nouvelle, parce que Penser pour demain commence à l’école et présenter le Mandala comme outil de recentrage, de créativité et de croissance, car c’est aussi un fondement pour un monde multi-culturel et solidaire.

Michel Simonis

La Frontière de Vie
Présentation
Article mis en ligne le 14 octobre 2007
dernière modification le 22 avril 2012
logo imprimer

SOUTENEZ LA FRONTIERE DE VIE
AIDEZ LE PEUPLE DE SARAYAKU A PRESERVER
SES TRADITIONS ET LA FORET AMAZONIENNE !

Qui sommes-nous ?

Situé au cœur de l’Amazonie équatorienne, Sarayaku est le territoire de la communauté Kichwa au sud-est de Quito, la capitale de l’Equateur.
Depuis près de 10 ans, les compagnies pétrolières convoitent ce vaste territoire, tandis que les Kichwas luttent pour la sauvegarde de leurs terres.
Depuis 1997, le peuple Kichwa de Sarayaku résiste de manière pacifique et obstinée.
Cependant, face aux pressions croissantes dont ils sont l’objet (corruption, menaces, tortures, présence militaire…), les habitants de Sarayaku, regroupés autour de leurs hommes et femmes de savoir (chamanes, sages-femmes, guérisseurs…) ont décidé d’alerter l’opinion publique et de faire connaître leur projet et leurs revendications en Europe.

A ce jour, la communauté de Sarayaku (environ 1200 habitants répartis en plusieurs villages sur un territoire de 135 000 hectares) a la chance de vivre encore dans une forêt dénuée de toute pollution liée à l’exploitation pétrolière, selon ses traditions ancestrales.

Le projet « Frontière de Vie »…

Face aux menaces qui pèsent sur leur territoire et sur leur mode de vie, les habitants de Sarayaku ont eu l’idée de créer une vaste ligne de clairières d’arbres de couleurs de plus de 300 kilomètres de long, à la limite de leur territoire, en signe d’opposition pacifique.
Après avoir délimité de manière précise les limites de leur territoire avec les communautés indiennes voisines, la Communauté a créé une pépinière de 5000 plants et a débuté la plantation des premières clairières.
En outre, elle a entrepris la création d’un centre destiné à préserver, _ valoriser et transmettre leurs savoirs traditionnels (langue, culture, artisanat, connaissance des plantes et des remèdes…).

Ce projet, entièrement piloté à partir de Sarayaku, au cœur de la forêt amazonienne, par le groupe Atayak (hommes et femmes de savoir), bénéficie du soutien de l’ensemble de la population de Sarayaku ainsi que du Gouvernement traditionnel de Sarayaku.

Frontière de Vie Belgique

Une association de bénévoles, baptisée « Frontière de Vie », du nom du projet des habitants de Sarayaku, a vu le jour. Son objectif est de servir de plate-forme de diffusion pour aider le projet des habitants de Sarayaku à se faire connaître auprès du plus grand nombre et, bien entendu, à recevoir le soutien financier nécessaire à sa concrétisation.

Pour servir de lien entre l’Equateur et la Belgique, entre les habitants de Sarayaku et notre association, nous travaillons étroitement avec José Gualinga, leader indigène et dirigeant des Affaires internationales de Sarayaku et Sabine Bouchat, son épouse, coopérante belge vivant en Equateur depuis de nombreuses années. Tous deux jouent un rôle central et intermédiaire essentiel au sein du projet (José, plusieurs fois menacé de mort, a d’ailleurs reçu la protection d’Amnesty International) et ils serviront de pont entre les deux mondes.
Leur intégrité et leur engagement constants dans cette lutte nous ont particulièrement touchés. Voilà pourquoi nous nous sommes engagés personnellement à les soutenir et pourquoi nous vous invitons à nous rencontrer, à rencontrer le peuple de Sarayaku et à préserver la forêt amazonienne.

Ce projet a démarré. Aidez-nous à le soutenir !

- Devenez le parrain ou la marraine d’une de ces clairières en achetant un ou plusieurs bons de parrainage (5, 10, 20 ou 50 euros)
- Etablissez un ordre permanent !
- Aidez-nous à faire connaître notre projet auprès de votre cercle d’amis, via une association ou un évènement !
- Laissez-nous vos coordonnées afin de recevoir notre bulletin électronique !

Frontière de Vie-Belgique ASBL, 58 rue Fluche, 4800 Verviers
frontieredevie@scarlet.be
www.frontieredevie.be
Compte 523-0415169-84
Banque Triodos, rue Haute 139/3,1000 Bruxelles, Belgique
Hors Belgique, ajouter le code IBAN : BE03 5230 4151 6984
Pas de chèques svp !



« Nous nous demandons si un peuple petit comme le nôtre peut changer le monde. Peut-être pas ! Mais nous sommes sûrs que dans chaque cœur, il y a un peuple qui lutte avec la même force et si petit soit-il, nous sommes le symbole de la puissance de la vie »

José GUALINGA, Dirigeant des Affaires internationales de Sarayaku, Peuple Kichwa de Sarayaku – Equateur – Amazonie




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.52
Hébergeur : OVH