Bandeau
LARCENCIEL - site de Michel Simonis
Slogan du site

"To do hay qui ver con todo" (tout a à voir avec tout) Parole amérindienne.
Comprendre le présent et penser l’avenir. Cerner les différentes dimensions de l’écologie, au coeur des grandes questions qui vont changer notre vie. Donner des clés d’analyse d’une crise à la fois environnementale, sociale, économique et spirituelle, Débusquer des pistes d’avenir, des Traces du futur, pour un monde à réinventer. Et aussi L’Education nouvelle, parce que Penser pour demain commence à l’école et présenter le Mandala comme outil de recentrage, de créativité et de croissance, car c’est aussi un fondement pour un monde multi-culturel et solidaire.

Michel Simonis

Al Qods : un tramway pour l’Apartheid
Extraits d’un article de Rob Winder - 4 juin 2007 - Al Jazeera.net
Article mis en ligne le 28 juin 2007
dernière modification le 22 avril 2012
logo imprimer

Le travail de construction est en cours pour un système ferroviaire à travers la ville de Jérusalem (Al Qods), sous le prétexte de soulager les problèmes de circulation de la ville.

Cependant, le projet suscite la colère des Palestiniens, ceux-ci voyant ce tramway comme un élément de plus dans le système de ségrégation.

Profonde signification

Ce réseau prévu avec huit lignes, la première ligne devant s’ouvrir en 2009, établira une liaison entre les colonies dans Kalandia, à la périphérie de Ramallah, avec celles situées aux sud de Gilo près de Bethléem.

Le projet a été conçu, d’après les planificateurs, pour diminuer la circulation automobile au centre de Jérusalem, mais les Palestiniens estiment qu’il a une signification bien plus profonde.

Ariel Sharon, l’ancien premier ministre, qui a signé le projet en 2005, avait déclaré : « Je crois que ceci doit être réalisé, et quoi qu’il arrive, tout ce qui peut être fait pour renforcer Jérusalem, pour la construire, l’étendre et pour la maintenir pour l’éternité comme capitale du peuple juif et comme capitale unifiée de l’état d’Israël, devrait être fait. »

Et le texte en ligne pour la promotion du projet contient également de nombreuses citations de Theodore Herzl, le fondateur du sionisme moderne, un point remarqué des Palestiniens.

Aucune consultation

Mais Samir Abu Eisheh, ministre palestinien de la planification, est en colère pour n’avoir jamais été consulté par les autorités israéliennes.

« Selon le droit international et les résolutions de l’ONU, procéder à ces changements leur est interdit. Ce n’est pas à elles de décider ce qui devrait être fait dans des territoires palestiniens - c’est une question palestinienne. C’est notre responsabilité et nous devrions être ceux qui décident et ceux qui réalisent ».

Les terrains sur lesquels les voies de chemin de fer seront construites à Jérusalem-est sont achetées en utilisant des ordres d’achat forcés et à une fraction de la valeur du marché, d’après les rapports.

Accusation de discrimination

Suhail Khalilieh, de l’Institut de Recherche Appliqué de Jérusalem [1], indique que le tramway est un symbole de la discrimination inhérente à l’occupation depuis 40 ans de la terre palestinienne par Israël.

« Nous ne savons pas s’ils vont permettre aux Jérusalémites palestiniens d’utiliser le tramway. »

« Et même s’ils l’autorisent, à la moindre menace sécuritaire ils suspendraient immédiatement le service pour les Palestiniens. Il pourrait même y avoir des stations séparées pour les Arabes et pour les Juifs. C’est une ségrégation et c’est ce que produit ce genre de système. »

Le droit international est clair sur la question : le projet est illégal.

Action

Une banque hollandaise, ASN, a déjà vendu sa part de 5% dans le capital de Veolia, disant que le tramway n’était « pas en conformité avec les demandes des Nations Unies de cesser tout soutien aux activités liées à l’occupation par Israël, » rapporte le journal Haaretz.

En Irlande, des projets à Dublin de formation des conducteurs pour le tramway sur un réseau semblable ont été annulés après des protestations de la part de groupes et de syndicats pro-Palestiniens.

Tandis qu’en Suisse les protestations ont pris la forme d’actions directes, avec 40 activistes bloquant l’essai d’un prototype lors d’une exposition commerciale à Genève, les protestations et les actions judiciaires sont de plus en plus un problème pour les compagnies internationales qui se retrouvent impliquées dans le conflit israélo-palestinien.

Un combat des Palestiniens [2]

Le tramway accentue plusieurs des problèmes que les Palestiniens disent venir de l’occupation. Leur terre a été confisquée pour la construction de colonies illégales et ils souffrent des permanentes restrictions dans leurs mouvements.

Mais le tramway met en évidence leur lutte pacifique contre ce qu’ils appellent un modèle d’oppression et de ségrégation ; il met en évidence également combien ces luttes se situent maintenant au niveau international dans un monde globalisé.

Voir aussi sur la colonisation de Jérusalem "La conquête inexorable de la Vieille Ville de Jérusalem par les colons israéliens se poursuit",
 [3]
Benjamin Barthe, Le Monde

Publié en français le samedi 23 juin 2007 par Info Palestine
http://www.info-palestine.net/impression.php3?id_article=1778
Traduction : APR - Info-palestine.net

Notes :

[1ARIJ www.arij.org/

[2Juma, oordinateur du groupe « Stop The Wall » basé en Cisjordanie et qui mène le combat contre le projet de tramway, indique qu’une campagne d’action judiciaire lancée par des militants égyptiens a récemment persuadé le parlement égyptien d’annuler un contrat de 32 millions de dollars US avec Veolia dans le pays. stopthewall.org




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31
Hébergeur : OVH